Le non-succès de la mise en place de la loi du travail 2016

La loi du travail, pouvant être appelée droit du travail,  englobe les normes juridiques qui régissent les conditions relationnelles entre les employeurs et les salariés. La loi du travail  prévoit  la formation des salariés, la réalisation du contrat de travail et  son éventuelle rupture.

loi-de-travail-2016.jpg

Le projet de loi du travail 2016  est critiqué par certains groupes syndicaux, et cela mérite réflexion.

Pourquoi la loi du travail 2016 fait-elle autant parler d’elle ?

Les relations employeur/employé sont caractérisées par un rapport de subordinations juridiques des salariés. A noter que le droit du travail, en tant qu’instrument d’encadrement de la subordination  ne s’applique pas aux fonctionnaires et tout agent de droit public. A noter que la loi du travail 2016, comme ses prédécesseurs,  inspire  des enjeux politiques, également des enjeux sociaux et économiques. Mais certaines reformes suscitent des débats qui semblent s’amplifier au niveau de toutes les entreprises.  Il a été rapporté que plusieurs demandes patronales, à l’encontre des avantages des salariés, sont considérées dans le projet de loi de travail 2016. L’aménagement du temps du travail, dans le projet de loi de travail 2016,  permettrait aux entreprises de « chuter »  le rallonge  des heures supplémentaires, alors qu’il est planifié d’accroitre jusqu’à 60 heures par semaine le temps de travail. Le patronat a bien voulu imposer un plafonnement des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif, contre un mois de salaire par ancienneté  dans le texte antérieur. La loi de travail 2016 tend à ignorer les syndicats contestataires majoritaires en instaurant un référendum d’entreprises.

A quoi doit-on s’attendre pour les générations à venir ?

Plusieurs domaines ne sont pas énumérés supra. Le projet de loi de travail 2016 proposé par Myriam El Khomri, Ministre Français du travail, se propose de supprimer le droit d’opposition des syndicats. La méthode d’appréciation   des difficultés, dictée par cette loi, est révisée et devient compliquée. 

myriam-el-khomri.jpg

Les salariés n’auront plus des marges de manœuvre pour contester les impositions des employeurs qui ont tendance à tirer plus de profits, à abuser les points faibles des syndicats, à profiter de l’appui du gouvernement. Les générations à venir trouveront des difficultés pour redresser les textes en leur faveur si cette loi de travail 2016 devra être effectivement mise en vigueur.